INTERBIBLE
Au son de la cithare
célébrer la paroleintuitionspsaumespsaumespsaumes
off Nouveautés
off Cithare
off Source
off Découverte
off Écritures
off Carrefour
off Caravane
off Scriptorium
off Artisans

 

 
Les Psaumes

 

David
Imprimer
chronique du 7 avril 2006
 

Nous étions comme en rêve : le Psaume 125 (126)

Le Psaume 125 (126) est une célébration de la délivrance. D'abord, la délivrance du peuple de la Bible qui est sorti de la captivité de Babylone et aussi la délivrance de l'Église de tous les périls qui la menacent. Le croyant peut reprendre les paroles de ce magnifique mémorial de l'action de Dieu dans sa vie lors d'une libération d'un trouble intérieur. Nous proposons la version du Psaume telle qu'on la trouve dans la liturgie des heures.

1 Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve!
2 Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie;
alors on disait parmi les nations :
3 « Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur!»
nous étions en grande fête!
4 Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.
5 Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie :
6 Il s'en va, il s'en va en pleurant,
il jette la semence;
il s'en vient, il s'en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.

     Les survivants des camps de concentration et des fours crématoires hitlériens, dès que de leur navire ils apercevaient le mont Carmel, entonnaient ce Psaume. « Nous chantions le Psaume 126 qui semblait écrit pour cette circonstance, le retour des captifs de Sion vers la Terre Promise. Les captifs que le Seigneur ramenait enfin libres en Terre Promise, c'était nous! Le rire qui emplissait la bouche du psalmiste, voici 2500 ans, était notre rire, et notre langue chantait son chant! » (André Chouraqui) La valeur religieuse du Psaume 126 reste cependant, pour le chrétien, condensée dans la sentence du Seigneur : « Si le grain de froment ne meurt, il reste seul; si, au contraire, il meurt, il porte beaucoup de fruits. » Ce sont les mots de Jésus décrivant sa Passion.Ils font comprendre en plénitude la parole du psalmiste : « Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie. » Toute la vie, avec ses épreuves de toutes sortes, est pour chacun de nous «un temps d'exil» qu'il doit consacrer aux laborieuses semailles de sa purification dans la pénitence, et de sa sanctification. Cela est vrai surtout de la période du Carême qui est un temps concentré, un moment fort pour le changement du coeur.

     Le caractère paroxysmal de l'Exil et du Retour aura été de contribuer à faire découvrir le vrai Dieu, car les Hébreux ont vu que le Seigneur les accompagnait dans l'épreuve pour être aussi avec eux dans la joie. Notre itinéraire personnel ressemble beaucoup à cet épisode de l'histoire du peuple d'Israel. De plus nous sommes appelés à connaître la vie éternelle, une récolte merveilleuse de joie.

Pierre Bougie, PSS

 

Lires aussi :
Larmes et rires : le Psaume 125 (126)

Article précédent :
Qui s'appuie sur le Seigneur : le Psaume 124 (125)