INTERBIBLE
Au son de la cithare
célébrer la paroleintuitionspsaumespsaumespsaumes
off Nouveautés
off Cithare
off Source
off Découverte
off Écritures
off Carrefour
off Caravane
off Scriptorium
off Artisans

 

 
Le verset du jour

 

orant
Imprimer

réflexion du 9 octobre 2017

 

Mettez cela en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.
Philipiens 4, 6-9

Il est un terme qui m’a toujours étonné dans son emploi populaire : je suis catholique, mais non pratiquant, ou encore je suis protestant non pratiquant. On comprend bien ce que cela veut dire : on peut déclarer appartenir à une tradition sans toutefois participer. Ainsi il y a une sympathie, voire une adhérence de cœur sans toutefois parler d’engagement, mais ne sommes-nous pas toutefois en présence d’un oxymore? En d’autres termes, peut-on vraiment être chrétien et ne pas pratiquer? Ou pour le dire autrement peut-on croire et vivre sa vie comme si on ne croyait pas?

Dans l’épître aux Philippiens, il y a un lien de corrélation entre la mise en pratique et la présence de Dieu : mettez-le en pratique, et le Dieu de la paix sera avec vous. La prière, la supplication et l’action de grâce du verset six (Ph 4,6) ne doivent pas rester de la théorie, mais deviennent efficaces (produit un effet) dans une mise en pratique. La paix de Dieu (v. 7 ou sa présence v. 8) ne provient que par une mise en pratique, une action concrète qui confirme dans le monde visible qui qui était auparavant invisible (du cœur). Mettez-le en pratique. Le verbe grec ici est prasso, d’où provient le mot praxis qui a donné en français le terme praxéologie (science de l’action ou théorie de la pratique). On retrouve ce verbe à de nombreuses reprises dans le texte du Nouveau Testament (Lc 3.13 ;19.23 ; 22.23 ; 23.15, 41 ; Jn 3.20 ; 5.29 ; Ac 3.17 ; 5.35 ; 15.29 ; 16.28 ; 17.7 ; 19.19, 36; 25.11, 25; 26.9, 20, 26, 31; Rm 1.32 ;2.1, 2, 3, 25; 7.15, 19; 9.11 ; 13.4 ; 1 Co 5.2 ; 9.17 ; 2 Co 5.10 ; 12.21 ; Ga 5.21 ; Eph 6.21 ; Ph 4.9 ; 1 Th 4.11). Il peut aussi bien signifier une action simple traduite par le verbe « faire » ou « agir », mais peut aussi avoir un sens plus théologique comme faire le mal ou le bien (Jn 3,20, 5,29, traduit d’ailleurs par pratiquer le bien par Darby). Chez Paul, ce verbe est essentiellement un agir théologique, une action qui fait vivre ou mourir (comme en Rm 2 ou 7).

Bref, si la foi est pour Paul indispensable au salut, l’agir lui est nécessairement adjoint :

Ce que vous avez appris et reçu,
ce que vous avez vu et entendu de moi,
mettez-le en pratique. (Ph 4,9)

Êtes-vous de ceux qui adhérer sans pratiquer? En suivant le concept paulinien, ne pas pratiquer serait aussi absurde que de dire que nous sommes parachutistes non pratiquants, nudistes non pratiquants ou trompettistes non pratiquants.

Jonathan Bersot

Réflexion précédente :

Réflexion du 2 octobre 2017