INTERBIBLE
À la découverte du monde biblique

comprendre la biblearchéologiegroupes bibliquesinsolite

off Nouveautés
off Cithare
off Source
off Découverte
off Écritures
off Carrefour
off Caravane
off Scriptorium
off Artisans

 

 
Comprendre la Bible
  image
Imprimer

chronique du 15 janvier 2010

 

Les manuscrits de l'Ancien Testament

QuestionD’où vient le texte qu’on trouve dans nos Bibles? Quels sont les manuscrits utilisés pour établir le texte de l’Ancien Testament? (Cyriac, Genève)

RéponseUne découverte archéologique majeure a radicalement transformé l'étude des manuscrits pour établir le texte de l'Ancien Testament. Il s'agit de la découverte, en 1947, des manuscrits de la mer Morte (également appelés « manuscrits de Qumrân ») par un berger qui cherchait ses chèvres. Il s’agit d’une série de parchemins et de fragments de papyrus retrouvés dans des jarres disposées dans des grottes se trouvant tout autour du site de Qumrân, le lieu de regroupement d'une communauté de juifs contemporains de Jésus, appelés « Esséniens ». Parmi ces manuscrits, il y a des documents qui ne se retrouvent pas dans la Bible, mais aussi plusieurs manuscrits de textes bibliques. Ces manuscrits datent d'environ 200 à 100 ans avant notre ère. Ils sont de loin les plus anciens manuscrits du texte biblique. Il faut noter qu’à l’exception du livre d’Esther, tous les livres canoniques de l’Ancien Testament sont représentés dans les manuscrits de Qumrân. Parmi ces manuscrits, il faut noter la présence d’un rouleau complet d’Isaïe, mesurant 7,34 m de long sur 26 cm de haut.

Le rouleau d'Isaïe de Qumrân

Le rouleau d'Isaïe de Qumrân

     Ces manuscrits datent de plusieurs siècles après l'écriture des textes bibliques qui, elle, a probablement eu lieu à partir du VIe siècle avant notre ère. Cependant, ils sont beaucoup plus anciens que les manuscrits d’avant cette incroyable découverte. Les manuscrits de la mer Morte sont antérieurs de près de mille ans aux plus anciens textes connus jusqu’alors! Ils sont donc d'un intérêt considérable pour la science biblique.

     Avant cela, nous n'avions que des manuscrits datant du Moyen Âge. Le meilleur est sans doute le codex de Leningrad (« manuscrit de Saint-Pétersbourg »), du Xe siècle. Les spécialistes le croient très fiable à cause des règles strictes des copistes, qu'on appelle les massorètes. Ce sont des scribes, qui ont travaillé entre les ans 200 et 1000 après Jésus-Christ. Jusqu'alors, le texte n'était écrit qu'avec des consonnes. Afin de fixer la prononciation des mots et le sens du texte, les massorètes lui ont ajouté des voyelles et des accents. Les massorètes étaient très scrupuleux et même superstitieux (ils pensaient que leur avenir éternel dépendait de la qualité de leur copie). Le Talmud nous dit qu'après avoir copié un texte, ils devaient compter le nombre de lettres et de mots pour être certains de ne pas l’avoir altéré. S'ils ajoutaient une consonne à un mot, ils l'ajoutaient au-dessus du mot, pour ne pas modifier le texte. Une fois leur travail terminé, les massorètes détruisaient les anciens manuscrits qui n'avaient plus aucune utilité. C'est d'ailleurs pourquoi avant la découverte de Qumrân nous n'avions aucun manuscrit ancien.

Le codex de Leningrad

Le codex de Leningrad

     Le codex de Leningrad est le seul manuscrit complet de l'Ancien Testament qu'on possède. Témoin du texte massorétique, il sert de base aux traductions de l'Ancien Testament. La Biblia Hebraica Stuttgartensia en est la principale édition critique.
Pour établir le texte de nos Anciens Testaments, il y a aussi d'anciennes traductions de la Bible, comme celle de la Septante. On en possède qui sont plus vieilles de plusieurs siècles que les plus vieux manuscrits massorétiques. De plus, les traductions anciennes étaient souvent très littérales, ce qui facilite la « rétroversion », c’est-à-dire le retour vers le texte hébreu qui a servi de base à la version. Ces traductions seraient les témoins des textes d’avant le travail des massorètes. La Septante est la traduction grecque achevée au IIe siècle avant Jésus-Christ à Alexandrie en Égypte. La légende veut qu'elle ait été traduite par soixante-douze savants qui seraient tous arrivés au même texte de façon indépendante.

     En conclusion, on peut dire que le texte actuel de l'Ancien Testament reste assez fidèle, car les règles de copie étaient très strictes. Il y a correspondance à quelques variantes près entre la majeure partie du texte de la Septante (grec) et le texte massorétique (hébreu). Il y a peu de variantes entre le texte massorétique et les manuscrits de la mer Morte malgré les 1000 ans de copies manuscrites qui les séparent!

Sébastien Doane

Chronique précédente :
La vie cachée de Jésus