Image

Bible en français courant
© Société biblique française, 1997


péricope précédente | péricope suivante |

Prière de supplication

63 15 Du haut du ciel, regarde ;
de ta splendide demeure divine,
vois ce qui nous arrive :
Que sont donc devenus
ton amour si ardent,
ta vaillance au combat
et tes sentiments de tendresse ?
Seigneur, ne t'es-tu pas retenu
de montrer ton affection √† ton peuple c  ?
16 Car c'est toi qui es notre père,
Abraham, notre ancêtre, nous ignore,
et Jacob ne nous conna√ģt pas ;
mais toi, Seigneur, tu es notre père,
toi qu'on nomme depuis toujours
«notre Lib√©rateur».
17 Pourquoi, Seigneur, nous as-tu laissés
nous égarer loin de ta route,
et nous obstiner √† rejeter ton autorit√© ?
Reviens, pour l'amour de nous
qui sommes tes serviteurs,
le peuple qui est ta propriété.
18 Nous, le peuple qui t'est consacré,
n'avons pas eu bien longtemps
la propri√©t√© du pays ;
ton saint temple a été piétiné
par nos ennemis.
19 Il y a si longtemps
que nous ne sommes plus
le peuple sur lequel tu règnes,
le peuple qui porte ton nom !
Ah ! si d tu d√©chirais le ciel,
et si tu descendais !
Devant toi les montagnes
seraient √©branl√©es !
64 1 Tu serais comme un feu
embrasant des brindilles
ou mettant l'eau en ébullition.
Et tu ferais savoir ainsi
à tous tes adversaires
quel Dieu tu es.
Devant toi, les nations
seraient prises de panique,
2 quand tu accomplirais
des prodiges inattendus.
Oui, tu descendrais,
et devant toi, les montagnes
seraient ébranlées.
3 Jamais on n'a entendu dire,
jamais on n'a remarqué,
jamais un oeil n'a vu
qu'un autre dieu que toi
ait agi de la sorte
pour ceux qui comptent sur lui e .
4 Tu viens à la rencontre
de ceux qui font ta volonté,
qui la font avec joie,
et qui pensent à suivre
les chemins que tu as tracés.
Si tu t'es irrité,
c'est que nous étions coupables.
Mais c'est toujours sur ces chemins
que nous trouverons le salut f .
5 Nous sommes tous
impropres à ton service,
comme un objet impur ;
et toutes nos belles actions
sont aussi répugnantes
qu'un linge taché de sang.
Nos torts nous emportent tous
comme les feuilles mortes g
balayées par le vent.
6 Il n'y a plus personne
pour s'adresser à toi,
pour se ressaisir et s'attacher à toi.
Car tu refuses de nous voir,
et tu nous as livrés découragés
au pouvoir de nos fautes.
7 Et pourtant, Seigneur,
c'est toi qui es notre père.
Nous sommes l'argile,
et tu es le potier,
tu nous as tous fa√ßonn√©s h .
8 Seigneur, ne sois pas trop irrité,
ne te rappelle pas sans cesse nos torts.
Veuille considérer
que nous sommes tous ton peuple.
9 Les villes qui te sont consacrées sont dépeuplées,
Jérusalem n'est plus qu'un désert
et Sion un lieu dévasté.
10 La maison qui t'était consacrée,
o√Ļ nos parents t'acclamaient,
notre temple splendide
a été livré au feu.
Ce lieu que nous aimions tant
n'est plus qu'un tas de ruines.
11 Seigneur, devant ces ruines,
peux-tu rester indiff√©rent ?
Peux-tu te taire plus longtemps,
et nous humilier encore,
au-del√† de toute mesure ?




Close