Image

Bible en français courant
© Société biblique française, 1997


péricope précédente | péricope suivante |

Paul est envoyé à Rome

27 1 Lorsqu'il fut dĂ©cidĂ© que nous partirions en bateau pour l'Italie, on remit Paul et quelques autres prisonniers Ă  un officier appelĂ© Julius, capitaine dans le bataillon romain dit « bataillon de l'empereur ». 2 Nous avons embarquĂ© sur un bateau d'Adramytte s , qui devait se diriger vers les ports de la province d'Asie, et nous sommes partis. Aristarque, un MacĂ©donien de Thessalonique, Ă©tait avec nous. 3 Le lendemain, nous sommes arrivĂ©s Ă  Sidon. Julius, qui traitait Paul avec bienveillance, lui permit d'aller voir ses amis pour recevoir ce dont il avait besoin. 4 Après ĂŞtre repartis de lĂ , nous avons passĂ© le long de la cĂ´te abritĂ©e de l'Ă®le de Chypre, car les vents nous Ă©taient contraires. 5 Nous avons traversĂ© la mer près de la Cilicie et de la Pamphylie, et nous sommes arrivĂ©s Ă  Myra, en Lycie. 6 LĂ , l'officier romain trouva un bateau d'Alexandrie qui se rendait en Italie et il nous y fit embarquer. 7 Pendant plusieurs jours, nous avons naviguĂ© lentement et c'est avec beaucoup de peine que nous sommes parvenus devant la ville de Cnide. Comme le vent nous empĂŞchait d'aller plus loin dans cette direction, nous avons passĂ© par le cap SalmonĂ© pour nous trouver du cĂ´tĂ© abritĂ© de l'Ă®le de Crète. 8 Nous avons avancĂ© avec beaucoup de peine le long de la cĂ´te et sommes arrivĂ©s Ă  un endroit appelĂ© Bons-Ports, près de la ville de LasĂ©e.

9 Nous avions perdu beaucoup de temps et il devenait dangereux de continuer Ă  naviguer, car le jour du jeĂ»ne d'automne t Ă©tait dĂ©jĂ  passĂ©. C'est pourquoi Paul donna cet avertissement aux marins : 10 « Je vois, mes amis, que ce voyage sera dangereux : le bateau et sa cargaison vont subir de graves dommages et, de plus, nous risquons nous-mĂŞmes d'y perdre la vie. » 11 Mais l'officier romain avait plus confiance dans l'opinion du capitaine et du propriĂ©taire du bateau que dans les paroles de Paul. 12 En outre, le port ne convenait pas pour y passer l'hiver ; c'est pourquoi, la plupart des hommes Ă  bord dĂ©cidèrent de partir de lĂ  : ils voulaient atteindre, si possible, PhĂ©nix, un port de Crète tournĂ© vers le sud-ouest et le nord-ouest, pour y passer l'hiver.




Close