Image

Bible en français courant
© Société biblique française, 1997


péricope précédente | péricope suivante |

La loi et la promesse

3 15 Fr√®res, je vais prendre un exemple dans la vie courante : quand un homme a √©tabli un testament en bonne et due forme, personne ne peut annuler ce testament ou lui ajouter quoi que ce soit. 16 Eh bien, Dieu a fait ses promesses √† Abraham et √† son descendant. L'√Čcriture ne d√©clare pas : « et √† ses descendants », comme s'il s'agissait de nombreuses personnes ; elle d√©clare : « et √† ton descendant q  », en indiquant par l√† une seule personne, qui est le Christ. 17 Voici ce que je veux dire : Dieu avait √©tabli un testament et avait promis de le maintenir. La loi, qui est survenue quatre cent trente ans plus tard r , ne peut pas annuler ce testament et supprimer la promesse de Dieu. 18 Mais si l'h√©ritage que Dieu accorde s'obtient par la loi, alors ce n'est plus gr√Ęce √† la promesse. Or, c'est par la promesse que Dieu a manifest√© sa faveur √† Abraham.

19 Quel a donc √©t√© le r√īle de la loi ? Elle a √©t√© ajout√©e pour faire conna√ģtre les actions contraires √† la volont√© de Dieu, et cela jusqu'√† ce que vienne le descendant d'Abraham pour qui la promesse avait √©t√© faite. Cette loi a √©t√© promulgu√©e par des anges qui se sont servis d'un interm√©diaire s . 20 Mais un interm√©diaire est inutile quand une seule personne est en cause, et Dieu seul est en cause t .




Close