Image

Bible en français courant
© Société biblique française, 1997

Requête : 1R 3,16-28


contexte immédiat  |

3 16 Un jour, deux prostitu√©es vinrent se pr√©senter devant le roi Salomon. 17 La premi√®re dit : « Que Sa Majest√© veuille bien m'√©couter. Moi et cette femme, nous habitons la m√™me maison. J'ai mis au monde un fils, dans la maison, √† un moment o√Ļ elle √©tait l√†. 18 Deux jours plus tard, elle aussi a mis au monde un fils. Nous vivons seules dans cette maison, il n'y a personne d'autre que nous deux. 19 Or cette nuit, le fils de cette femme est mort parce qu'elle s'√©tait couch√©e sur lui. 20 Alors elle s'est lev√©e au milieu de la nuit, et pendant que je dormais, elle a pris mon fils qui √©tait √† c√īt√© de moi et elle l'a couch√© dans son lit ; puis elle a plac√© son fils, qui √©tait mort, √† c√īt√© de moi. 21 Ce matin, quand je me suis lev√©e pour allaiter mon fils, je l'ai trouv√© mort ; je l'ai regard√© attentivement √† la lumi√®re, et j'ai vu que ce n'√©tait pas mon fils... »

22 A ce moment, l'autre femme s'√©cria : « Ce n'est pas vrai ! C'est mon fils qui est vivant et c'est le tien qui est mort ! » Mais la premi√®re reprit : « Non ! C'est ton fils qui est mort et le mien qui est vivant ! » C'est ainsi qu'elles se disputaient devant le roi. 23 Salomon prit la parole et d√©clara : « L'une d'entre vous dit : «L'enfant qui est vivant, c'est mon fils, et c'est ton fils qui est mort !» L'autre r√©pond : «Non ! C'est ton fils qui est mort et c'est le mien qui est vivant !» 24 Eh bien ! voici ce que j'ordonne : «Qu'on m'apporte une √©p√©e.» » D√®s qu'on l'eut apport√©e, 25 le roi ajouta : « Coupez l'enfant vivant en deux et donnez-en la moiti√© √† chacune des femmes ! »

26 La m√®re de l'enfant vivant, pouss√©e par son profond amour pour son fils, s'√©cria : « Majest√©, qu'on donne plut√īt l'enfant vivant √† cette femme, mais surtout qu'on ne le fasse pas mourir ! » Quant √† l'autre femme, elle disait : « Coupez l'enfant en deux ; de cette mani√®re il ne sera ni √† moi, ni √† elle. » 27 Alors le roi d√©clara : « Ne tuez pas l'enfant ; remettez-le √† la premi√®re des deux femmes, car c'est elle qui est la m√®re de l'enfant vivant ! »

28 Tous les Israélites apprirent comment Salomon avait rendu la justice à cette occasion, et ils furent remplis d'un profond respect envers le roi. En effet ils avaient compris que Dieu lui-même l'avait rempli de sagesse pour rendre la justice.




Close