INTERBIBLE
Les Écritures
les évangiles de l'ACÉBACla Bible en français courantexplorationglossairesymboles
off Nouveautés
off Cithare
off Source
off Découverte
off Écritures
off Carrefour
off Caravane
off Scriptorium
off Artisans

 

 
Symbole biblique
  montagne
Imprimer

chronique du 24 octobre 2014

 

Le festin, anticipation de la fin des temps

festin de Balthasar

Le festin de Balthasar (selon Daniel 5)
Pietro Dandini(1646-1712), entre 1660 et 1712
Huile sur toile, 165 x 87 cm
Musée Pouchkine, Moscou


Pour la majorité de ceux qui vivent pauvrement, les repas quotidiens sont assez monotones et n’ont rien d’un festin. Cela donne une importance capitale aux festins qui sortent de l’ordinaire. Par exemple, dans le monde biblique, les noces peuvent durer une semaine complète durant laquelle tous mangent et boivent à satiété. Ces réjouissances sont présentées comme des symboles de réalités à venir…

Le banquet du jugement

     Les banquets décrits dans l’Ancien Testament projettent une image de joie débordante. Le vin coule à flots. Cela donne la plupart du temps aux festins une connotation négative : ils apparaissent comme une occasion de beuverie. Cela permet de comprendre que Dieu annonce par la bouche de Jérémie (51,39) qu’il vengera son peuple exilé à Babylone au moyen d’un festin au cours duquel il rendra ses ennemis ivres morts. Ce banquet deviendra le lieu de son jugement.

Le repas messianique

     Cela dit, Isaïe (25,6-8) utilise aussi l’image du festin pour annoncer le repas messianique de la fin des temps. Pour ce banquet, le Seigneur prépare des viandes grâces et de bons vins. Il essuie les pleurs de tous les visages, il fait disparaître la mort et il réunit toutes les nations.

Le festin du Royaume

     Dans le Nouveau Testament, plusieurs paraboles de Jésus décrivent le Royaume de Dieu comme un grand repas de la fin des temps. Par exemple, Luc 1,15-23 utilise l’image du festin sous un jour positif et négatif. Le banquet qu’offre l’homme de la parabole débouche sur l’invitation des exclus et des pauvres et aussi sur le jugement des riches qui se sont exclus de la fête.

     L’espérance de participer un jour au repas du Royaume a cessé d’être lointaine. Le dernier repas partagé entre Jésus et ses disciples, dont nous faisons mémoire en chaque eucharistie, anticipe ce festin de la fin des temps rassemblant le peuple de Dieu et toutes les nations.

Cet article est extrait de Lexique sympathique de la Bible, Montréal, Novalis, 2013, 280 p.

Sébastien Doane

Chronique précédente :
L’esclavage, un symbole positif?