(GoshMadge / Pxhere)

Veillez et priez 5/5

Pierre Prud'hommePierre Prud’homme | 9 mars 2020

Le 18 septembre dernier, La Maison de la Parole de Saint-Hyacinthe m’invitait à faire une conférence sous le thème « Cultiver la confiance : engagement social et Parole de Dieu ». Cet article est le cinquième d’une série de cinq qui en résume le contenu.

« Veillez et priez pour ne pas être pris dans la tentation. » (Mt 26,41)

Le regard que posent le GIEC et les pays membres de la Plateforme sur la biodiversité posent non seulement la question de la confiance en l’avenir mais aussi, dans une vision de foi, celle de l’espérance de voir se continuer la construction du Royaume de Dieu que nous avons la responsabilité de faire advenir.

Pour éviter la catastrophe, les gens qui font l’étude de l’effondrement des écosystèmes proposent les grandes orientations suivantes :

  • Augmenter le sentiment d’urgence : dire et répéter la vérité affirmée par les scientifiques, au risque de se faire accuser d’alarmiste.
  • Renforcer les petites communautés pour qu’elles soient plus résilientes. Le courage et l’audace surgissent lorsque les gens se mettent ensemble pour être plus combatifs et proactifs dans la lutte aux projets qui menacent la biodiversité ou qui affaiblissent la lutte aux changements climatiques.
  • Se réapproprier des savoir-faire essentiels, entre autre sur la façon de se donner un pouvoir citoyen et de l’exercer.
  • Développer notre spiritualité (c’est moi qui souligne).
  • Réévaluer nos valeurs.

Parce que je suis convaincu que notre retard à réagir de façon appropriée à l’urgence climatique est due à un déficit de spiritualité en ce qui concerne notre relation à l’ensemble du Vivant et que c’est cette dernière qui donnera l’impulsion aux quatre autres orientations, je m’attarderai à cette dimension.

Voilà le cœur de la spiritualité de Jésus de Nazareth et de notre tradition religieuse. La prière seule risque de nous conforter dans une belle illusion de bien-être et de nous dispenser de notre responsabilité de veille, cette action de monter la garde, d’exercer une surveillance vigilante, de « prendre soin de » et « de s’occuper de » (selon Le Petit Larousse). Notre spiritualité porte dans son ADN l’engagement social.

Quelle est la tentation qui nous guette devant les défis de notre époque? Essentiellement celle de l’indifférence, cette arme de destruction massive ; celle du renfermement sur soi et de l’individualisme ; celle de la démission devant le sentiment d’impuissance ; celle de la perte de confiance en l’avenir et du désespoir. Quelle spiritualité nous aiderait à ne pas succomber à cette tentation et qui s’avèrerait pertinente pour relever les défis de notre temps? J’en propose quelques éléments.

Devant la beauté du monde, une spiritualité de la contemplation et de l’émerveillement qui nous pousse à communier au sentiment de l’auteur de la Genèse qui fait dire à Dieu après le septième jour de la Création : « Cela est très bon ».

Une spiritualité de l’amour du Vivant dans son ensemble et de la conscience de l’étroite interdépendance de tout ce qui vit. Une spiritualité de l’étonnement inépuisable devant le fait que nous avons été trouvés assez dignes de faire partie de tout cela.

Une spiritualité de la responsabilisation. Notre tradition spirituelle nous rappelle que nous avons un immense pouvoir sur le Vivant : « Que l’Homme, Homme et Femme, ait autorité sur… » (Gn 1,26ss).

Une spiritualité de veille et d’engagement qui reconnaît l’importance de la formation et de l’information sur les écosystèmes qui régissent notre belle Planète. Cela implique une spiritualité de la gratuité. Le temps que nous nous accordons pour mieux comprendre les enjeux de notre monde et pour donner plus de pertinence à notre action constitue un acte d’amour du monde.

Une spiritualité qui, alimentée par une prière qui sache s’inspirer des prophètes bibliques et de ceux de notre temps, fait une large place aux enjeux d’aujourd’hui. Une prière qui nous connecte constamment sur le projet d’humanité proposé par le Dieu de la Création et par Jésus de Nazareth qui souhaitent que nous ayons la Vie en abondance.

Une spiritualité qui nous permet de prendre conscience, dans l’ensemble de tout ce qui Est, de la parcelle d’être que nous sommes et de mesurer ce qu’elle implique : une invitation à assumer la parcelle d’éternité de Vie qui nous est confiée.

« Heureux ceux et celles qui ont faim et soif de justice, … ils recevront la Terre en héritage. » (Mt 5,6)

Pierre Prud’homme est président du conseil d’administration du MTC (Mouvement des travailleuses et travailleurs chrétiens) de Montréal et membre de la Commission Engagement et Foi du MTC national. Il est fortement préoccupé par la défense de droits et la justice sociale et environnementale.

Caravane

La lampe de ma vie

Les événements de la vie nous confrontent et suscitent des questions. Si la Bible n’a pas la réponse à toutes nos questions, telle une lampe, elle éclaire nos existences et nous offre un certain nombre de repères.

Livre

Pierre Prud’homme est l’auteur de Cultiver la confiance. Prières de résilience, de résistance et d’espérance (Novalis, 2018).