(Garon Piceli / Pexels)

Le péché et son lien avec la mort

Rodolfo Felices LunaRodolfo Felices Luna | 22 janvier 2024

QuestionQuel est le péché qui, selon la Première lettre de Jean, mène à la mort et celui qui ne mène pas à la mort ? (Édouard K.)

Réponse1 Jean 5,16 recommande de prier pour le péché des autres, en autant qu’il ne s’agisse pas du « péché qui mène à la mort », sans plus. La référence, remplie d’ambiguïté, est impossible à déchiffrer avec certitude.

Le propos de l’épître au sujet du péché est double : d’une part, ceux qui sont nés de Dieu ne doivent pas pécher (2,1 ; 3,9 ; 5,18) ; d’autre part, prétendre être sans péché est un mensonge (1,8.10). Jésus intercède pour nous devant Dieu (2,1-2), alors nous pouvons confesser nos péchés en toute confiance (1,9 ; 3,19-20).

Certains commentateurs expliquent le « péché qui mène à la mort » en termes d’apostasie, puisque la communauté est le lieu où s’exerce la miséricorde divine (1,3-4), alors que le monde du dehors gît sous l’emprise du Malin (5,19), de sorte que les fidèles sont appelés à ne pas aimer le monde et à se dissocier de ses penchants mauvais (2,15-17). D’anciens membres de la communauté ont quitté les rangs et sont appelés « antichrists » (2,18-19) ; ce sont des « faux-prophètes » qui ne s’expriment pas sous l’esprit de Dieu mais qui reflètent l’esprit du monde (4,1-6). Il se pourrait que l’auteur de 1 Jean réfère à leur péché d’apostasie comme le péché qui les place au-delà de la portée de la prière d’intercession communautaire.

Une solution encore plus radicale serait de considérer le manque de charité envers le prochain comme le « péché qui mène à la mort » (5,16), puisque « nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie » en aimant nos frères et que « celui qui n’aime pas est encore sous le pouvoir de la mort » (3,14). Le passage qui suit précise que nous sommes appelés à partager nos biens en ce monde avec les nécessiteux ou alors nous devenons en fait des meurtriers, coupés de la vie éternelle (3,15-18).

Il serait possible de relier les deux hypothèses : ceux qui ont quitté la communauté l’ont fait non pas par perte de foi (puisqu’ils continuent de « prophétiser » dans le monde), mais afin d’éviter de partager leur confort matériel avec leurs frères, d’où les invectives d’assassins et d’antichrists lancés par l’auteur de 1 Jean, alors que le Christ a déposé sa vie pour tous (3,16).

Quoi qu’il en soit, l’auteur de 1 Jean semble envisager une vie de foi et d’amour exemplaire mais faillible, d’un côté, et une mort certaine lorsque des individus se coupent de l’amour de Dieu vécu « en famille » d’enfants de Dieu, de l’autre.

Rodolfo Felices Luna est professeur à l’Oblate School of Theology (San Antonio, Texas).

Caravane

La lampe de ma vie

Les événements de la vie nous confrontent et suscitent des questions. Si la Bible n’a pas la réponse à toutes nos questions, telle une lampe, elle éclaire nos existences et nous offre un certain nombre de repères.