INTERBIBLE
Au son de la cithare
célébrer la paroleintuitionspsaumespsaumespsaumes
off Nouveautés
off Cithare
off Source
off Découverte
off Écritures
off Carrefour
off Caravane
off Scriptorium
off Artisans

 

 
Récitatif biblique

 

récitatif
Imprimer

chronique du 21 avril 2017

 

Une aventure un peu corsée

oasis

(photo : Michael Rosskothen / 123RF.com)

La première fois que j’ai fait du récitatif, il m’est apparu que cette aventure était un peu périlleuse. D’abord, parce que cela m’obligeait à sortir des sentiers battus. Mais aussi à entrer dans la danse avec les autres, moi qui suis d’un naturel plutôt réservé. Mais dès les premiers gestes, mon être entier se détendit, à mon grand étonnement!

Brusquement, il n’y avait plus à mes yeux dans la pièce que Louise Bisson et moi-même ainsi qu’une Parole vivante et agissante qui coulait en moi comme une source fraîche… une oasis dans mon désert aride. Alors, je ne pouvais que m’abandonner, plonger en profondeur dans cette source vivifiante. C’était pour moi comme une bouffée d’air frais qui me stimulait.

La plongée en profondeur

Puis, soudain, cela me conduisit, à mon grand étonnement, à ma conversion : …Convertissez-vous et croyez, en la Bonne Nouvelle… Impression vécue du Souffle Saint, chaud et délicat… Souvenir béni d’une visite impromptue de mon Sauveur. Souvenir de ma propre conversion, qui me reconvertit encore et encore, dans les gestes, les sons, les paroles… de cette Bonne Nouvelle qui s’évoque, s’annonce, se profile… Toutes ces impressions! Toute cette compréhension! Toute cette relecture spontanée! En à peine quelques gestes, quelques paroles savoureuses, qui pénétraient jusqu’à la moelle substantielle de mon être. J’en étais tout simplement émerveillée!

Une Parole substantielle

Je venais de découvrir que, dans le récitatif, la Parole coule en nous, juteuse et savoureuse tel un fruit délicat duquel on aurait enlevé l’écorce. Plus nous triturons et mâchons cette Parole dans nos gestes et par notre chant, jusqu’à en retirer toute la substance, toute la moelle... Donc, plus nous faisons cela, plus cette Parole s’imprègne dans notre corps et dans notre âme, voire même jusque dans les tréfonds de nos entrailles… Alors, la substance que l’on goûte et savoure est imprégnée de l’amour de Dieu pour chacun et chacune de nous.

Ce n’est pas une Parole raisonnable, lointaine ou impersonnelle. Non! Mais bel et bien une Parole vivante et agissante, coupante et cinglante même parfois… une Parole qui purifie, une Parole qui vivifie, une Parole qui sanctifie.

Et alors, alors, alors… c’est le Christ lui-même qui se livre et se goûte.

Mélanie Poisson

Article précédent :
Le Seigneur dit à Abram : « Va pour toi... »