(GoshMadge / Pxhere)

Un souffle de liberté 4/5

Pierre Prud'hommePierre Prud’homme | 10 février 2020

Le 18 septembre dernier, La Maison de la Parole de Saint-Hyacinthe m’invitait à faire une conférence sous le thème « Cultiver la confiance : engagement social et Parole de Dieu ». Cet article est le quatrième d’une série de cinq qui en résume le contenu.

Deux enjeux marquent particulièrement notre époque et menacent l’ensemble des droits acquis au niveau du développement humain : les « fake news » et l’urgence de l’heure, la crise environnementale.

« La vérité vous rendre libres. » (Jn 8,32)

Qui aurait cru toute la portée de cette phrase de Jésus avec l’apparition sur les réseaux sociaux du phénomène des « fake news » alimentées par des régimes et des personnes autoritaires en quête de leurs intérêts personnels plutôt que du bien commun?

Ces fomenteurs de fausses nouvelles ne reculent devant rien pour semer le doute sur l’intégrité des professionnels de l’information chargés de nous transmettre la nouvelle et pour fausser nos débats démocratiques en fonction de leur propre agenda politique. Or le recul de la vérité nous met à la remorque et sous la dépendance des manipulateurs de toutes sortes et restreint nécessairement notre liberté.

Au Jugement dernier, le Roi rajoutera : « Venez, les bénis de mon Père, vous qui, souvent au prix de votre sécurité, de votre liberté et même de votre vie, aviez à cœur de transmettre des informations vérifiées pour donner à nos débats de société la liberté nécessaire à la recherche du bien commun. C’est à moi que vous l’avez fait en me permettant de vivre dans une société qui fait plus de place à la justice et à la paix ».

« Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très bon! » (Gn 1,30)

On ne peut parler sur le thème « Confiance, engagement social et Parole de Dieu » sans parler de l’urgence actuelle pour l’avenir de l’humanité : la crise environnementale marquée par l’accélération du réchauffement climatique et de la perte de la biodiversité.

Ces deux réalités posent la question de la confiance en l’avenir et sont à la source d’un phénomène de santé publique de plus en plus répandu : l’éco-anxiété. Les scientifiques du GIEC (Groupe international d’experts sur l’évolution du climat) nous préviennent depuis des décennies de l’augmentation de la quantité et de l’intensité des extrêmes climatiques.

Périodes de chaleur intense, sécheresses, inondations, relèvement du niveau de la mer, feux de forêts, ouragans et cyclones seront particulièrement pénibles à vivre avec leurs effets collatéraux : insécurité alimentaire, accès limité à l’eau, déplacements de population, conflits pour l’occupation du territoire, etc.

On découvre que les acteurs de l’industrie pétrolière savaient tout cela et l’ont caché depuis 50 ans. Comme quoi la vérité est la première immolée et sacrifiée sur l’autel du profit.

Le 25 janvier 2019, au Forum de Davos, le Secrétaire général des Nations Unies, António Gutteres ne laissait aucun doute sur l’urgence de la situation : « Je crois que nous sommes en train de perdre la course. Le changement climatique est plus rapide que nous. Et nous faisons face à ce paradoxe : la réalité s’avère pire que ce que les scientifiques avaient prévu… »

Parallèlement, en 2012, sous l’égide de l’ONU, était créée la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité qui fédère aujourd’hui 132 pays. Elle est considérée comme le GIEC de la biodiversité.

Sur la base d’études indépendantes, cette Plateforme est sans équivoque : « La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier. » Mais les gens du GIEC et de la Plateforme sur la biodiversité ne croient pas qu’il soit trop tard.

Et l’espoir dans tout ça? Quel pouvoir avons-nous?

Jamais dans l’histoire de l’humanité, l’avenir de l’ensemble du Vivant ne reposait autant entre nos mains. Jamais ne s’est autant manifestée l’urgence de nous approprier, pour nous-mêmes, individuellement et collectivement, la phrase de Jésus de Nazareth : « Je suis venu pour que vous ayez la vie, et que vous l’ayez en abondance. »

Des gens qui font l’étude de la collapsologie (l’étude de l’effondrement des écosystèmes), pour éviter la catastrophe, nous proposent cinq grandes orientations. Dans le prochain et dernier article, nous traiterons particulièrement de l’une d’entre elles : développer notre spiritualité.

Pierre Prud’homme est président du conseil d’administration du MTC (Mouvement des travailleuses et travailleurs chrétiens) de Montréal et membre de la Commission Engagement et Foi du MTC national. Il est fortement préoccupé par la défense de droits et la justice sociale et environnementale.

Caravane

La lampe de ma vie

Les événements de la vie nous confrontent et suscitent des questions. Si la Bible n’a pas la réponse à toutes nos questions, telle une lampe, elle éclaire nos existences et nous offre un certain nombre de repères.

Livre

Pierre Prud’homme est l’auteur de Cultiver la confiance. Prières de résilience, de résistance et d’espérance (Novalis, 2018).