ACRB

pour nous joindre

table

Qu'est-ce que l'ACRB ?

 

Mission

La mission de l’ACRB est de transmettre la Parole de Dieu par le récitatif biblique dans le but de nourrir tout l’être, d’éveiller et de favoriser une relation personnelle avec Celui qui parle. L'ACRB est reconnue comme un organisme de bienfaisance selon la loi canadienne et, pour tout don, peut émettre des reçus pour fins d'impôt.

Historique

Un coeur habité par le goût de la Parole

Il y a près de quarante ans, une toute jeune femme, Louise Bisson, est passionnée par les Écritures. Au hasard d’une discussion, elle apprend qu’en France, un organisme perpétue l’oeuvre d’un jésuite - Marcel Jousse  - qui a développé au début du siècle une approche originale pour la transmission de la Parole. Avec l’aide de Gabrielle Baron, son assistante, il met en gestes et en mélodie les textes bibliques et commence à les transmettre. La « rythmo-catéchèse » était née, terme que l’on changera au Canada pour «récitatif biblique», en tant que discipline.

L’expérience porte des fruits remarquables : du plus petit au plus grand, du plus jeune au plus âgé, tous arrivent à retenir des textes parfois très longs. Fruit encore plus étonnant : le texte nourrit les participants jusque dans les profondeurs de leur être, la Parole prend corps.

Deux séjours en France, à la Fondation Marcel-Jousse, permettent à Louise Bisson d’assimiler un bon nombre de récitatifs et d'enseignements sur la tradition orale, tout en rassemblant les principaux documents qui traitent de la question. De retour au pays, en janvier 1978, elle ne se contente pas de transmettre les récitatifs appris en France mais voici qu’elle développe une approche inédite de création et de transmission de nouveaux textes.

Une demande grandissante

Même si, à l’origine, l’approche s’adresse autant aux adultes qu’aux enfants, ce sont d’abord les milieux de l’éducation et de la catéchèse qui s’organisent pour recevoir cette nouvelle pédagogie biblique. Rapidement, l’initiation sacramentelle devient l’un des lieux privilégiés de propagation des textes ainsi préparés. Encore aujourd’hui, la Session I, où l’on se forme à la pédagogie du récitatif biblique, reste la plus populaire.

Au milieu des années 1980, les demandes deviennent trop nombreuses et madame Bisson ne fournit plus à la tâche. Au fur et à mesure que naissent ses trois enfants, se joignent à elle des collaborateurs qui partagent la même passion. Une équipe est formée, nourrie et supervisée pour pouvoir continuer à recevoir et à propager la Parole selon le mode de transmission propre au récitatif biblique. Ainsi est née l’ACRB (Association canadienne du récitatif biblique).

Un rayonnement qui surprend

Les débuts sont modestes : 6 ou 7 « appreneurs », un classeur et un bureau dans un sous-sol. Mais aujourd’hui, les activités de l’ACRB touchent de plus en plus de personnes, tant et si bien que le rayonnement de l’organisme se déploie en une véritable force tranquille de notre Église (en Outaouais, dans le Bas-Saint-Laurent, dans les Maritimes, au Saguenay, sans oublier les régions de Sherbrooke, Québec, Montréal, ainsi qu’en Ontario. Au cours des années 2008 et 2009, un souffle de Pentecôte se met à élargir le champ de réception au-delà de nos frontières, à des appreneurs de Tahiti, d’Allemagne, de France et d’ailleurs.

L’ACRB s’est donné pour objectif de mettre en récitatif tout l’évangile de Luc. Lentement, patiemment, les textes sont traduits, mélodiés, « gestués » et transmis, toujours sous la coordination de Louise Bisson qui assume le leadership de la création des nouveaux récitatifs. Chaque été, une semaine durant, plus d’ une soixantaine de personnes les apprennent et puis les transmettent de multiples façons. Et ce, sans compter les innombrables initiatives qui s’abreuvent à la riche tradition de création continue depuis 1978.

En effet, la continuité de la nourriture donnée se déploie maintenant en services aussi diversifiés qu’ajustés aux besoins actuels : groupes réguliers de récitation, animation lors d’événements publics et lors des passages de la vie, programme de cheminement et de croissance pour adultes, ressourcements et formations, sans oublier les jeunes pour lesquels, l’École de Récitatif Biblique (ERB), a développé un programme sur trois ans.

Au service d’une appropriation profonde

Le récitatif n’est pas un spectacle ni une mise en scène; ce n’est pas non plus un chant ni un « gestuel ». Tout le travail de création vise un seul objectif : une appropriation d’une Parole par la personne tout entière. Les divers éléments de l’apprentissage concourent à favoriser un contact de qualité avec les Écritures : la mélodie et les gestes impriment le texte au plus profond de l’être, le commentaire biblique favorise sa compréhension et fournit l’enracinement culturel et historique, les activités d’intégration favorisent la descente en profondeur du texte  et de son mouvement vivant dans la vie intérieure de chaque participant(e). Les racines sont irriguées ; la foi en ressort provoquée, nourrie et dynamisée.

Une approche qui a fait ses preuves

Alors que les questions fusent de toute part sur l’éducation de la foi des adultes, pendant que beaucoup d’incertitude et d’inquiétude entourent le transfert de la catéchèse dans les communautés chrétiennes, alors qu’on tente des voies de nouvelle évangélisation, certaines initiatives audacieuses continuent leur travail dans l’ombre et obtiennent des résultats étonnants. Parmi celles-là, l’Association canadienne du récitatif biblique participe déjà à l’irrigation des racines de nos communautés chrétiennes. Un bel exemple de vitalité qui, parce qu’il n’est pas une recette instantanée, risque de passer inaperçu. Son travail n’en est pas moins fondamental et son rayonnement, à la fois surprenant et profond. Et dire que l’origine de tout cela trouve sa source, il y a presque quarante ans, dans le goût des Écritures qu’éprouvait … une toute jeune femme. En savoir plus sur la fondatrice, Louise Bisson.

Une approche qui rayonne au delà des frontières

Au fil des ans les appreneurs et appreneuses ont vouluEs partager les trésors de cette discipline spirituelle avec les peuples où ils allaient « missionner » : Haïti, Mali.

Il y a cinq ans environ, une mère de famille Allemande, Friedereike Hagen, s'est sentie profondément rejointe par la « façon canadienne » de transmettre les récitatifs, avec sa triple dimension de savoir biblique, de savoir-être psychosociale et de savoir faire pédagogique. Elle a donc commencé une formation à distance avec Louise Bisson pour pouvoir transmettre en allemand les récitatifs bibliques.

Parall√®lement, suite à un séjour de Louise en Polynésie française, des agentEs de pastorale ont demandé des formations pour animer des groupes d'enfants et d'adultes. Une centaine de personnes sont actuellement rejointes.

 

 

 

 

www.interbible.org/acrb